Travail d’écriture: Toutes les femmes qui sont en moi. 5/20

Travail d’écriture, que trouverez vous dans cette rubrique ? Parfois certains ouvrages de spiritualité ou de psychologie proposent des travaux d’écriture a effectuer tout du long ou parfois après une lecture j’éprouve simplement moi meme le besoin de travailler dessus. C’est donc le résultat de ces élucubrations plumesques que vous trouverez ici. xD

Nous poursuivons notre cheminement au travers de mon travail d’écriture autour du livre  » Toutes les femmes qui sont en moi  » de Dominique Christina. Si ce n’est pas encore fait, je vous invite a lire le premier article autour de ce thème afin d’en apprendre plus sur cet ouvrage mais aussi la façon donc je me suis appropriée le travail d’écriture que j’ai fais autour de chaque archétype. Aujourd’hui abordons  » La femme aux mains apaisantes ».

« Femme aux mains apaisantes. Guérisseuse, soigneuse, tu es celle qui toujours prends soin des autres. Plus que toutes autres choses tu te soucies de leurs bien êtres, comment vont-ils, ont-ils besoin de quelque chose ? Mais quand vient ton tour, tu te négliges, tu entres en conflit avec toi meme. Il y’a ce dont tu as besoin et ce que tu crois avoir le droit de te donner. Et si un autre s’en vient pour prendre soin de toi, terrain miné. Tu te sens suffoquer, étouffer, perturber dans ton essence. Tu aimes donnée jusqu’à ce qu’il ne te reste rien, mais tu ne sais pas recevoir. Tu penses ne pas en avoir besoin, mais peut etre l’as tu juste oublier ? Ne s’en vient-il pas une certitude avec cette prise de conscience ? Si tu ressens cela, peut etre est-ce aussi ce que d’autres ressentent. A vouloir t’en donner, a vouloir t’en prendre soin, ne crains tu pas d’entraver les êtres aimés dans leurs propres libertés, leurs propres besoins et ressentis. Et si en voulant trop bien faire, tu faisais ce mal que tu cherches a éviter. Et si a trop les materner, tu les empêcher d’apprendre a prendre soin d’eux meme, par eux meme et pour eux meme ? Ne seraient ils pas alors incomplets a l’avenir, incapable de se donner ce qu’ils ont reçus ? Voir meme seront ils capables de donner aux autres alors que tu ne leur a appris qu’a recevoir. A trop aimer, l’on se perd et on y perd les autres. Oui, tu es guérisseuse dans l’âme, oui toujours tu te préoccuperas du bien etre des autres et loin d’être un défaut c’est la la beauté de l’altruisme. Mais ne fais pas de cette lumière une ombre quand vient l’heure pour eux de s’envoler et d’apprendre a s’occuper d’eux mêmes par eux mêmes et pour eux mêmes. Ah le fragile équilibre entre donner et recevoir, femme aux mains apaisantes tu aurais tant aimée apprendre cette compétence bien avant. « 

A bientôt sur LuminaDark: Entre ombres et lumières.

Publicité

Un commentaire sur “Travail d’écriture: Toutes les femmes qui sont en moi. 5/20

  1. Coucou mademoiselle,

    Un passage de ton texte m’évoque un souvenir. Celui où tu dis que tu suffoques et étouffes lorsque quelqu’un veut prendre soin de toi ou s’inquiète pour toi. 🙂 Ca a(vait) tendance à te braquer et ça se ressentait énormément. ^^ À trop donner, on oublie l’essentiel pour soi comme pour les autres. Celui qui donne beaucoup est le premier à s’oublier et c’est un problème majeur. :/ Ton essai pose encore d’excellentes questions auxquelles il est impossible de répondre avec certitude car ça dépend des gens. ^^ Toujours est-il qu’il est génial. 🙂 Gros bisous

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s